Ostéoporose

Informations

Téléchargez les dernières informations concernant l'ostéoporose, ses conséquences et le déroulement de l'ostéodensitométrie ; exposées lors d'une conférence réalisée par le Docteur TEBIB.

L'OSTÉODENSITOMÉTRIE

 

L'ostéodensitométrie permet de mesurer la densité osseuse et d'établir le diagnostic d'ostéoporose. Elle est prise en charge par l'Assurance Maladie sur prescription médicale et pour les patients à risques. Elle est remboursée à 70 % sur la base d'un tarif fixé à 39,96 €.

 

Comment se passe une ostéodensitométrie ?

L'ostéodensitométrie est la méthode de référence pour mesurer la densité minérale osseuse ; cette mesure est effectuée sur deux parties du corps : le rachis et le col du fémur. Elle dure moins de quinze minutes.

 

Dans quels cas l'ostéodensitométrie est-elle prise en charge par l'Assurance Maladie ?

L'ostéodensitométrie est prise en charge, sur prescription médicale, pour les patients présentant les facteurs de risques médicaux d'ostéoporose qui rendent nécessaire cet examen, notamment dans les indications suivantes :

 

Pour un premier examen dans la population générale, quel que soit l'âge et le sexe :

  • En cas de pathologie ou de traitement potentiellement inducteurs d'ostéoporose (par exemple, l'hyperthyroïdie évolutive non traitée ou une corticothérapie de plus de trois mois).
  • En cas d'antécédent de fracture sans traumatisme majeur diagnostiquée lors d'une radiographie.

 

Pour un premier examen chez la femme ménopausée avec des facteurs de risque :

  • Antécédent de fracture du col du fémur sans traumatisme chez un parent du 1er degré.
  • Indice de masse corporelle inférieur à 19 kg/m2.
  • Ménopause précoce (avant 40 ans).
  • Antécédent de corticothérapie de plus de trois mois consécutifs.

 

Pour un deuxième examen :

  • À l'arrêt du traitement anti-ostéoporotique, en dehors de l'arrêt précoce pour effet indésirable, chez la femme ménopausée.
  • Chez la femme ménopausée sans fracture, lorsqu'un traitement n'a pas été mis en route après une 1e ostéodensitométrie montrant une valeur normale ou une ostéopénie, une 2e ostéodensitométrie peut être proposée 3 à 5 ans après la réalisation de la première en fonction de l'apparition de nouveaux facteurs de risque.

 

À noter
Pour les femmes ménopausées suivant un traitement hormonal substitutif (THS), il n'est pas recommandé de réaliser une ostéodensitométrie, car la prévention de l'ostéoporose est déjà assurée par ce traitement.

 

 

Sources :

  • Haute Autorité de santé « Prévention, diagnostic et traitement de l'ostéoporose » (juillet 2006).
  • Afssaps « Traitement médicamentaux de l'ostéoporose post-ménopausique - recommandations » (janvier 2006).

 

Retour à la page d'accueil