LA MAMMOGRAPHIE NUMERISÉE

Notre cabinet utilise un mammographe numérique.

Les images digitales obtenues transitent sur console informatique avant leur reproduction sur film par procédé laser.

 

Déroulement de l'examen :

 

La patiente est prise en charge par une manipulatirce qui présente la patiente torse nu face à l'appareil de mammographie et place un sein puis l'autre entre deux plaques qui réalisent une compression progressive et contrôlée du sein, cette compression étant indispensable à l'obtention de clichés de bonne qualité.

Une compression insuffisante peut conduire à estomper voire à effacer des anomalies. La patiente doit donc supporter cette compression qui reste globalement bien tolérée, d'autant qu'elle ne dure que quelques secondes car aussitôt le cliché radiographique pris, un système automatique de décompression permet très rapidement de soulager la femme.

Dans la grande majorité des cas, deux clichés sont effectués par sein, un de face et un en oblique, soit au total 4 clichés par mammographie bilatérale.

Les films sont ensuite développés par la manimulatrice, ce qui peut prendre un certain temps (les développeuses automatiques dédiées à la mammographie sont par définition lentes afin d'obtenir une qualité d'image radiographique optimale), puis sont analysés une première fois par le médecin radiologues qui jugera si d'autres incidences (clichés complémentaires ) sont nécessaires pour mieux dégager une région particulière des seins (profil, clichés centrés localisés ou agrandissement).

Ce n'est qu'après étude de l'ensemble des clichés mammographiques réalisés qu'il peut être proposé ou non par le radiologue une échographie complémentaire des seins, soit en raison d'une image anormale visualisée sur la mammographie, soit parce que la densité de la glande mammaire rend l'analyse des clichés mammographiques difficile (les seins denses sont plus souvent observés chez les femmes jeunes en période d'activité génitale, chez les femmes qui présentent un terrain mastosique, la densité mammaire ayant tendance à se réduire avec l'âge après la ménopause du fait d'une involution graisseuse des seins).

Réaliser des clichés complémentaires après les 4 incidences de base ou une échographie complémentaire suite à une mammographie, n'est pas nécessairement considéré comme un élément de suspicion d'image anormale grave notamment de cancer. Cela ne constitue qu'un complément d'information pour le radiologue.

L'examen sénologique (mammographie voire échographie en cas de besoin) s'accompagne toujours d'un examen clinique des seins et des aires ganglionnaires axillaires par le radiologue (inspection visuelle et palpation des seins et des aisselles).

A noter que l'examen se réalise debout. Dans certaines circonstances notamment en cas de handicap ou de prélèvements (stéréotaxie), l'examen peut être réalisé en position assise sur fauteuil dédié.

Parfois, en cas d'écoulement d'un liquide par un des pores du mamelon, l'injection d'un produit de contraste peut être réalisé dans cet orifice pour analyser les canaux qui s'y déversent appelés galactophores, d'où le nom de cette technique de galactographie (des clichés mammographiques sont réalisés après cette injection sous faible pression qui reste pratiquement indolore).

Enfin, dans certains cas, la mammographie doit être complétée de manière différée par une IRM mammaire pour lesquelles les indications restent cependant très ciblées.

 

Mammographie numérique :

 

Un rapport de la Haute Autorité pour la Santé (HAS) a donné un avis favorable pour que cette technique numérique soit également utilisée pour le dépistage organisé des cancers du sein, sous réserve que le développement des films mammographiques soit maintenu aux fins d'une seconde lecture. S'appuyant sur ce rapport, un arrêté de 2008 a officiellement autorisé l'utilisation de la Mammographie Numérique dans le dépistage organisé.

 

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers féminins

 

Près d'une femme sur dix développe un cancer du sein au cours de sa vie. Entre 1980 et 2000, le nombre de nouveaux cancers du sein a presque doublé. Pour autant, la mortalité a très peu augmenté grâce à l'amélioration des traitements.
Plus un cancer est détecté tôt, plus il se soigne facilement, et plus les chances de guérison sont élevées. Il est donc essentiel de faire les mammographies de dépistage gratuites, même en l'absence de tout symptôme !

 

Le meilleur moyen de détecter le cancer du sein, c'est la mammographie de dépistage

C'est entre 50 et 74 ans que les femmes sont le plus exposées. Il est donc important qu'elles bénéficient de la mammographie de dépistage : un moyen efficace, simple et gratuit pour détecter un cancer du sein le plus tôt possible.

 

  • C'est efficace : plus une anomalie est détectée tôt, plus le cancer du sein se guérit facilement.
  • C'est simple : si vous avez entre 50 et 74 ans, tous les deux ans vous recevrez un courrier d'invitation pour effectuer une mammographie de dépistage, accompagné d'un bon de prise en charge et de la liste des radiologues de votre département agréés dans le cadre du programme de prévention nationale.
    Choisissez le radiologue que vous voulez dans cette liste et prenez rendez-vous.
  • C'est gratuit : lors de la consultation, présentez le bon de prise en charge avec votre courrier d'invitation et votre carte Vitale. Vous n'aurez rien à payer. L'Assurance Maladie règlera directement le radiologue.

 

Cliquez pour retrouver la présentation du Docteur Tebib du 23 Octobre 2013 relative au Dépistage du Cancer du Sein.

 

Pour en savoir plus sur le cancer du sein, consultez le site ameli santé.